HAPPY BIRTHDAY DJANGO FESTIVAL

LES 13 & 14 JANV

Le festival de jazz Happy Birthday Django revient pour le plus grand plaisir de vos oreilles. Chaque année, le jour de son anniversaire, des artistes incroyables se retrouvent au Carré Blanc pour rendre hommage au célèbre Django Reinhardt.

Il les a inspirés, ils témoignent en musique.

LARTILLEUX INVITE DJANGO / Latcho Drom 

SAM 13 JAN – 20h30

À partir de 10 ans – 60 min – Tarif C : 16€ / 14€ / 5€

Dans Django d’Etienne Comar, sorti en avril 2017, on ne voit que ses mains. Christophe Lartilleux est la doublure « mains » de Reda Kateb qui incarne Django Reinhardt dans le film. Ce musicien virtuose est l’un des rares guitaristes au monde capable de jouer avec trois doigts, comme son idole qui avait su dompter son handicap. Né à Châlons-en-Champagne dans une famille du voyage, Christophe Lartilleux a été élevé au jazz manouche par un père musicien. Pas plus que lui, il n’est un produit de conservatoire : « Cette musique, on ne l’apprend pas sur le papier, mais à l’oreille, avec le cœur, avec la vie de tous les jours. » Au sein du groupe Latcho Drom qu’il a fondé et avec lequel il parcourt le monde, il a été récemment rejoint par sa fille Deborah. Bon sang ne saurait mentir ! C’est avec elle que, fidèle à Tinqueux, il vient une nouvelle fois rythmer le festival.

SANSEVERINO / Montreuil/Memphis

DIM 14 JAN – 19h

À partir de 10 ans – 90 min – Tarif D : 20€ / 18€ / 5€

C’est un type atypique que la cinquantaine n’a pas assagi, heureusement ! Houppe dressée sur le front, armé d’une guitare, il a visité Django, Jimmi Hendrix, Les Béruriers noirs, AC/DC, la country, la java, le musette et la chanson française des années 20 à 60… avant de décider de ne s’enfermer dans aucun genre puisqu’il les aimait tous. Sur ces musiques qui ont inspiré ses albums à contre-courant des modes et selon l’humeur du moment, il pose des textes militants ou pas, tricotant avec humour et second degré des mots qu’il chante parfois avec le débit d’une mitraillette. Alors que son nouvel album sort en septembre, c’est une chance pour Tinqueux de l’accueillir dans le registre jazz manouche qu’il retrouve après un crochet par le bluegrass, sa guitare faisant aujourd’hui équipe avec l’harmonica, le violon et l’orgue.